Pomme de Terre
Autre
56

Stockage : action de préservation des récoltes de pommes de terre

Télécharger la fiche

La solution

La combinaison de leviers apparait comme la solution optimale à développer pour apporter une réponse appropriée en alternative aux antigerminatifs de synthèse, pour la meilleure maîtrise possible de la germination des tubercules en Stockage. Il est ainsi possible de s’appuyer sur :

  • Le recours aux variétés possédant un long repos végétatif permettant de retarder l’application d’inhibiteurs de germination en cours de conservation
  • L’optimisation de l’utilisation de la ventilation froide et du froid artificiel qui permet une meilleure stabilisation de la température des stockages en évitant les remontées en température des tas qui stimulent fortement le démarrage de la germination
  • L’optimisation en cours de conservation des paramètres température et humidité qui doivent apporter le meilleur compromis entre des niveaux suffisamment bas freinant la germination et les risques de dégradation de qualité induits par des valeurs trop faibles (sucrage de basse température, déshydratation des tubercules)
  • L’optimisation des programmes antigerminatifs possibles, combinant modes d’action préventifs et curatifs, s’appuyant notamment sur le recours aux molécules existantes d’origine naturelles (huile de menthe, huile d’orange, éthylène, etc.) utilisables en système AB ou de type biocontrôle (voir tableau)
  • La recherche d’autres alternatives antigerminatives biosourcées.

Tableau : Les solutions antigerminatives autorisées en France depuis l’arrêt du CIPC

Contexte

Après la récolte annuelle, les pommes de terre sont stockées plusieurs mois afin de garantir l’approvisionnement des marchés et des usines, tout au long de l’année jusqu’à la récolte suivante.

La maîtrise du stockage des pommes de terre est un enjeu prioritaire pour garantir des produits sains et de qualité : maintien de la teneur en matière sèche et en fécule, non augmentation de la teneur en sucres pour la transformation ou pour l’allégation « frite » en frais, contrôle des agents pathogènes (pourritures, détérioration de la qualité de présentation, etc.), etc. Les opérateurs de stockage des pommes de terre doivent également faire face à un processus physiologique inéluctable de cette denrée : la germination.

Le bon contrôle de la germination des pommes de terre est un élément clé de la conservation. Le repos végétatif naturel ou prolongé (hydrazide maléique) des variétés et le recours au froid artificiel pour stocker à température basse, énergivore et parfois non souhaitable (sucrage de basse température et risque acrylamide pour les produits frits), ne peuvent le plus souvent pas se substituer à l’utilisation de substances antigerminatives exogènes rentrant dans le cadre du Règlement (CE) n° 1107/2009.

Cependant, le contexte relatif aux produits antigerminatifs utilisés au cours du stockage évolue fortement :

  • Au niveau réglementaire, l’utilisation du chlorprophame (ou CIPC), principale molécule utilisée pour inhiber la germination des tubercules depuis plusieurs dizaines d’années, est désormais interdite depuis le 8 août 2020
  • Au niveau sociétal, les citoyens demandent une réduction de l’usage de produits de synthèse pour la production et la conservation des denrées alimentaires

Dans ce contexte, il est nécessaire de poursuivre la recherche de solutions de remplacement suite à l’arrêt du CIPC, performantes, compétitives et assurant le maintien de la qualité des pommes de terre.

Déploiement

Déploiement actuel
Une enquête réalisée en 2018 auprès de plus de 300 producteurs répartis sur 21 départements montre des différences
notables dans les modes de conservation des tubercules, notamment en fonction du type de débouché visé :

  • Pour l’industrie 90 % des stockages sont en vrac et seuls 10 % des bâtiments sont sans antigerminatif de synthèse.
  • Pour le frais, les stockages réfrigérés en caisses-palettes représentent 90% des installations avec 30 % des bâtiments sans antigerminatif de synthèse
  • Pour la fécule, 100 % de la conservation s’effectue en vrac avec 60 % des bâtiments sans utilisation d’antigerminatif de synthèse, concernant essentiellement des stockages de durée limitée (3 mois environ).

Déploiement envisagé dans le temps
En cohérence avec le plan de filière et la démarche « Filière engagée-RSE », d’ici 5 ans, réduction de 40 % de l’utilisation de produits antigerminatifs de synthèse lors du stockage.

Indicateur de déploiement (preuve)

  • Evolution des résidus des antigerminatifs de synthèse pour le stockage grâce au plan de surveillance mis en place depuis plus de 10 ans dans la filière et aux plans de surveillance de la DGCCRF (https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Surveillance-et-controle-des-residus-de-pesticides).
  • Suivi des utilisations annuelles pondérées par les quantités en stockage.

Analyse 360°

Niveau de réduction d’utilisation et / ou d’impact potentiel

  • Réduction de l’utilisation des produits antigerminatifs de synthèse compatible avec la destination et la valorisation des pommes de terre
  • Développement d’anti-germinatifs naturels

A noter que l’utilisation d’huile de menthe (produit antigerminatif naturel de biocontrôle) fait l’objet d’une fiche CEPP

Freins à lever et conditions de réussite
Freins :

  • Le recours aux alternatives au modèle de stockage actuel ne doit pas altérer la qualité technologique et sanitaire des produits, voire engendrer de nouvelles problématiques sanitaires
  • L’adéquation des solutions aux conditions économiques, structurelles, organisationnelles et énergétiques des entreprises
  • La disponibilité de produits alternatifs au CIPC efficaces et peu chers homologués en France

Conditions de réussite :

  • Le soutien au développement de solutions alternatives à l’utilisation de produits antigerminatifs chimiques à risque au stockage. Objectif : disposer d’itinéraires techniques de stockage sans produits de synthèse avec des solutions techniquement efficaces, économiquement viables, pérennes dans le temps et préservant la qualité du produit
  • Le soutien financier à l’amélioration des bâtiments de stockage des pommes de terre (ventilation, réfrigération et régulation performantes, bâtiments suffisamment étanches pour l’emploi de substituts au CIPC, bâtiments à énergie positive, etc.)
  • Optimisation des process de commercialisation et des opérations de reprise
  • La formation aux nouvelles techniques

Engagements des acteurs pour le déploiement

Acta – les Instituts techniques agricoles au travers d’Arvalis – Institut du Végétal : contribuer à la recherche et au développement de solutions antigerminatives en remplacement du CIPC dans le cadre d’une optimisation globale des conditions de conservation des tubercules.
UNPT : communiquer auprès des producteurs de pommes de terre sur les solutions en lien avec le CNIPT et le GIPT (plan de filière).

Demandes adressées aux  pouvoirs publics

  • soutien aux investissements en recherche
  • soutien aux investissements de rénovation ou de construction de bâtiments de stockage adaptés aux solutions antigerminatives alternatives au CIPC

Filières concernées

Pommes de terre sur les secteurs pomme de terre de consommation à destination du frais et de la transformation, et pomme de terre féculière.

Pour en savoir +