Betterave
Ravageurs
73

Outil d’aide à la décision pour optimiser les traitements aphicides contre les pucerons vecteurs de jaunisses virales sur betterave

Télécharger la fiche

La solution

La description est basée sur l’OAD « Alerte Pucerons », qui se présente sous la forme d’une carte de France interactive sur laquelle environ 260 parcelles suivies dans le cadre du Bulletin de Santé du Végétal apparaissent. Chaque parcelle est représentée par un point de couleur correspondant à 3 niveaux de risque : seuil non atteint, seuil de risque et seuil d’intervention. Le seuil de risque correspond à une fréquence de 10% de plantes touchées par au moins un aptère vert. Si les conditions météorologiques sont favorables, ce seuil de risque passe en seuil d’intervention afin d’optimiser le positionnement des traitements aphicides par les agriculteurs et in fine de limiter le nombre de traitements. Cette carte est mise à jour quotidiennement et de manière automatique, afin d’avoir un état des lieux précis de l’évolution de la situation.

Contexte

Depuis le 1er septembre 2018, l’ensemble des molécules de la famille des néonicotinoïdes, dont l’imidaclopride et le thiaméthoxame, utilisées en traitement des semences de betterave pour lutter contre les pucerons vecteurs de jaunisses virales, sont interdites d’utilisation en France. Les traitements de semences ont donc été remplacés par de nouveaux traitements en végétation. Cependant, le nombre de solutions reste limité, le bon positionnement des traitements difficile à mettre en œuvre et le risque d’apparition de résistances élevé. Ainsi, un OAD en ligne peut aider les agriculteurs à positionner et ainsi limiter leurs traitements aphicides.

Déploiement

Déploiement actuel

En 2019, 2300 visiteurs uniques se sont rendus sur l’outil « Alerte Pucerons », dont 40% des connexions dans les Hauts-de-France. Ceci représente un peu moins de 9% des planteurs de betterave à l’échelle nationale.

Déploiement envisagé dans le temps

L’outil restera accessible librement et la communication auprès des agriculteurs sera renforcée. L’interface sera améliorée en fonction des besoins, et enrichie de prédictions si des modèles suffisamment fiables voient le jour. Un doublement des connexions d’ici à 2 ans et un triplement à 5 ans est visé.

Indicateur de déploiement (preuve)

  • Nombre de visiteurs uniques sur le site.

Analyse 360°

Niveau de réduction d’utilisation et/ou d’impact potentiel

Le respect des seuils d’intervention et des conseils de traitement délivrés chaque semaine dans les notes d’information et les BSV régionaux permettent de diminuer le nombre de traitements de 1 à 2 selon les régions par rapport à 3 traitements théoriques en l’absence de seuils. Les agriculteurs sont néanmoins invités à se rendre dans leurs parcelles pour valider la présence de pucerons verts et le dépassement du seuil de risque avant de réaliser tout traitement insecticide.

Freins à lever et conditions de réussite

Le frein principal est l’appropriation de cet outil par les agriculteurs, qui a été développé en 2019. Il manque encore à l’outil un caractère prédictif, sur lequel l’ITB travaille actuellement, afin d’estimer les dates de dépassement des seuils de risques en fonction de variables climatiques locales. Cet aspect modélisation du risque permettrait d’augmenter la visibilité et la pertinence de l’OAD.

Surcoût et/ou gain de la solution

L’outil est accessible à tous gratuitement sur le site internet de l’ITB.  Suivre les recommandations de traitement afin de diminuer d’1 à 2 traitements permet d’économiser de 40 à 80 €/ha par rapport à 3 traitements systématiques.

Impact santé / organisation du travail / pénibilité

Grâce à la carte interactive, l’agriculteur peut suivre l’évolution du risque dans son secteur géographique et mieux planifier ses interventions dans sa propre parcelle si elles s’avèrent nécessaires et ainsi prioriser ses chantiers.

Engagements des acteurs pour le déploiement

ACTA – Les Instituts techniques au travers de l’ITB : Assurer la maintenance et la diffusion de l’OAD. Améliorer les interfaces en fonction des besoins et poursuivre les travaux de modélisation prédictive.

APCA / La coopération agricole / FNA : promouvoir cette solution auprès des réseaux respectifs (adhérents/membres) pour déclinaison opérationnelle :

  • au travers du conseil en culture : accompagner les agriculteurs dans le raisonnement de leur stratégie de protection des plantes en fonction de l’ensemble des facteurs de production et du contexte pédoclimatique et proposer un itinéraire cultural adapté et combiné (prophylactique et curatif) pour lutter contre les pucerons vecteurs de jaunisses virales ;
  • au travers des expérimentations de mise en œuvre sur le terrain : accompagner et démultiplier sur les territoires les efforts de R&D en réalisant des essais agronomiques démontrant l’intérêt agronomique, économique et environnemental de cette solution.

CGB : communiquer et valoriser cette solution auprès des producteurs de betterave

Demande adressée aux pouvoirs publics :

Pérenniser la Surveillance Biologique du Territoire (SBT) et les Bulletins de Santé du Végétal (BSV).

Filières concernées

Betterave